Djeewhy
Jean-yves DJEEWHY

Jean-yves DJEEWHY Djeewhy
- Age : 47 ans
- Statut :
Rédacteur Rédacteur
- Localisation : France
- Statut actuel :
Hors LigneHors Ligne
- Affiliation : 21-04-2009
- Dernière visite :  Il y a 9 jours, 22 Heures

Espace Blog de Djeewhy

Une critique de STID très critique....mais pas à propos de STID.

Une critique  de STID très critique....mais pas à propos de STID.Mark Altman, vous auriez un peu de prépartion H sous la main? Merci. J'ai eu beaucoup de mal à aller jusqu'au bout, non pas à cause de la langue, mais du contenu, à mon sens, assez gerbant.


"J'ai un secret à partager avec vous si vous promettez de ne le dire à personne. Les films originaux de Star Trek ne sont tout simplement pas très bon. Voilà, je l'ai dit - Alors disons qu'on va garder ça pour nous.

Il ya plusieurs raisons qui l'expliquent, à commencer par le fait que l'un des rares films de la franchise a avoir obtenu un reel budget digne de ce nom fut Star Trek: The Motion Picture, un film qui fut sévèrement critiqué pour avoir singé le terrain de TOS et dont la seule vraie grande réussite fut d'avoir rétabli les acteurs originaux dans leurs rôles et de nous avoir émerveillés par la vision magnifique de la Passerelle de l'Enterprise. Ceci ne veut pas dire que je n'aime pas Star Trek: The Motion Picture, bien sûr, mais cela ne suffit pas à en faire un grand film - ou même un bon. Mais c'est Star Trek et c'est un des rares films qui ait une portée aussi remarquable et donne un vrai sens du mystère du cosmos. Il dispose également d'une Ouverture magnifique et les cinq minutes où Kirk survole l'Entreprise est l'une des scènes les plus majestueuse et simplement belle dans l'histoire de la franchise et me remplit de joie pure à chaque fois que je la regarde.

De même, Star Trek II, largement considéré comme le meilleur des films Star Trek, est follement divertissant, malgré son budget diminué, servi par un script de l'érudit Nicholas Meyer et une performance puissante de Ricardo Montalban en 1982. Pourtant, l'affrontement avec Khan n'est pas aussi réussi que certains des meilleurs épisodes de la série.

Star Trek III, moins on en dit, mieux c'est. Pas la peine d'en rajouter.

Star Trek IV est ce qu'il est, des peluches agréables avec un éco-un message prémonitoire et certains clichés insupportables.

Star Trek V est victime de l'inssuffisance de son budget.

Star Trek VI est un film qui a également souffert du budget qui lui avait été dédié, un recyclage des messages et des idées, déjà bien mieux exploités auparavant dans Trek, mais sauvé par des moments astucieux (y compris la séquence d'assassinat Zero-G) et une fin très bien menée, même si la tentative d'assassinat n'a rien de vraiment mystérieux et nous joue une variante de Seven Days in May.

La chose intéressante à propos des films Star Trek, c'est qu'ils ont toujours eu un budget proportionnellement inverse à ce que les studios pouvaient s'attendre qu'ils rapportent. Trek a toujours marché comme sur des roulettes, mais n'a jamais été le grand Moneymaker, comme ont pu l'être d'autres franchises et a toujours été traité comme tel. Alors que Star Wars avait l'affectif des Studios, Star Trek restait le vieux bon gros marronnier qu'on ressort tous les trois ans juste histoire de remplir les coffres , mais sans jamais être pris au sérieux, ni par les studios, ni par la critique.

Et puis en 2009, J.J. Abrams arrive et est le premier depuis le grand Robert Wise à avoir en poche une somme considérable d'argent pour faire un film Star Trek. Son premier objectif: Voir grand ou rentrer à la maison. Et que vous aimiez ou detestiez ce film, on ne peut nier qu'il fut un énorme succès au box-office et ressuscité avec succès le katra en hibernation de la franchise qui était dans un état comateux permanent.

Certains fans ne pouvaient pas ou ne voulaient pas accepter l'hérésie de la refonte de notre bien-aimé Kirk et Spock et reconcevoir Trek pour la prochaine génération (et la Chine, la Russie et l'Amérique latine, toute la partie du Nouvel Ordre mondial des recettes du box-office international). Ironie du sort, toute l'argumentation avait des échos de la pétulante fin des années 80 par les tirades des fans contre le projet Starfleet Academy de Harve Bennett qui aurait lui aussi du caster de nouveaux acteurs plus jeunes dans les rôles emblématiques de la franchise.

Qu'aurait du faire Abbrams? Faire un film avec Shatner, Nimoy et le reste du casting d'origine (ce que j'aurais surement fait moi-même, ainsi que la centaine de mes amis les plus proches). Ce n'est pas ce genre de film qui aurait pu relancer la franchise, l'honneur de ses origines et emmener Star Trek où son audace ne l'avait jamais conduit auparavant.

Il ya plein de choses que je n'aimais pas dans le reboot de 2009, les répliques burlesques à la Willy Wonka de Scotty, le mauvais goût de la salle des machines, un méchant anémique avec un schéma de vengeance tout droit sorti d'un épisode de Batman, version 1966 (" Je te tiens sur une planète et te regarde entrain de regarder ta planète sauter, hé, hé ") et le fait que le tyran qui bat Kirk n'ait pas été nommé Finnegan, et que tout et rien fut amalgamé dans la fabrication de Kirk et Spock.

Il avait pourtant quelques nouveaux trucs délicieux comme le roman Spock / Uhura et il a même eu l'audace de faire sauter Vulcain - et ne pas mettre les morceaux ensemble à nouveau dans une sorte de boucle temporelle de temps Humpty Dumpty. Et, bien sûr, il y avait aussi le grand Leonard Nimoy plus rabinnique que jamais.

Donc, quatre ans plus tard, il est temps pour un rappel.

JJ, Bryan Burk et son équipe de cinéastes de l'ECA, y compris les scénaristes Alex Kurtzman, Roberto Orci et Damon Lindelof ont réussi à surpasser leur opus précédent en secouant les toiles d'araignée de la franchise et à échapper au piège d'avoir notre équipage regardant fixement dans l'espace depuis le pont avec un film qui non seulement honore canon mais aussi parfois joue avec les espoirs, les rêves et les craintes du nostalgique comme moi, mais se déplace à un rythme effréné tout en racontant une histoire très contemporaine et, en même temps, très Trekienne.

Tout comme Skyfall l'avait fait l'année dernière avec James Bond, Into Darkness rend hommage au Trek canon et jette les bases solides pour le nouvel Univers Trek, sa solidité et son homogénéité. Into Darkness fait certains choix, dont quelques-uns sont de nature à bouleverser certains fans de la première heure. Mais le fait est, que le slogan de Trek condescendant proclamé en 2009, "Ceci n'est pas le Star Trek à Papa!"prend sacrément tout son sens.

Pour autant, tout ce qui se passe dans cet univers ne compromet ou ne diminue en rien ce qui l'a précédé et les deux trames peuvent exister côte à côte avec les aventures originales de Shatner & Company. Je veux dire, avouons-le, Shatner est le Sean Connery de Star Trek, il n'y a pas de comparaison. Même si Chris Pine est loin de l'acteur d'origine, il parvient à donner sa propre incarnation de Kirk : un peu de James Dean et un peu de Han Solo et oui, même partiellement, un peu de Bill Shatner. Et le nouveau film donne au Kirk de Pine un grand arc , car il est forcé d'affronter sa propre version du scénario voué à l'échec. La dynamique Kirk / Spock ici est l'un des aspects les plus satisfaisants du nouveau film et aussi le plus fidèle à l'esprit des classiques Trek. Si j'ai des reserves, c'est sur le fait que le grand Karl Urban est un peu mal comme McCoy tout restant un élément essentiel de la troïka Trek.

Une des choses qui a vraiment résonné pour moi sur Into Darkness est le fait que, comme les meilleures histoires de Star Trek, le film a un message important et très pertinent :ne pas jeter nos idéaux lorsqu'ils sont confrontés à des menaces mettant en cause notre civilisation et une forte mise en accusation de la politique de Cheney et Rumsfeld.

Dans une société libre, notre démocratie ne peut pas être juste des mots sur un morceau de papier, mais elle a un sens réel que nous vivons ... même sils peut parfois être gênant. .

Et je pense que la volte-face de Kirk sur les intrus dans le premier acte est un puissant trait de caractère, qui, tout en faisant écho à Star Trek VI, est traité beaucoup plus habilement.

Star Trek a toujours été intrinsèquement une série télévisée et le défi de n'importe quel film est d'ouvrir le format assez pour accueillir une portée épique et théâtrale sans sacrifier les moments de caractères qui sont au cœur même de la franchise. Into Darkness jongle très bien avec ces éléments et la relation Kirk / Spock reste une dynamique qui donne au film beaucoup de son jus.

Comme la plupart des films Trek qui l'ont précédé, le défi de n'oublier personne dans l'équipage se traduit souvent par des scènes superflues pour les personnages secondaires (Chekov, surtout) et la conception de la production reste légèrement problématique pour moi. Mais dans l'ensemble c'est un immense divertissement, plein d'humour et, parfois, un film touchant qui répond à toutes les attentes qu'on pourrait avoir pour Star Trek. Il ya aussi quelques coquetteries, mais crédibles, comme Alice Eve en Carol Marcus et Peter Weller, donnant sa meilleure performance depuis des années. Et Benedict Cumberbatch, brillant dans Sherlock, ne déçoit pas dans la peau de l'énigmatique John Harrison.


Évidemment, le plus grand défi pour les cinéastes de toute franchise d'action à gros budget est de livrer des séquences d'action viscéralement originales et attrayantes, domaine dans lequel Star Trek n'a jamais fait particulièrement bien.

Oui, Star Trek II a la bataille dans la nébuleuse de Mutara, Star Trek VI présente la séquence d'assassinat Zero-G précitée et First Contact a sa plate scène de combat autour du déflecteur avec les Borg. Into Darkness a un certain nombre de scènes d'action, au sens large, dont la plupart rendent beaucoup mieux en 3-D qu'en 2-D.

Et je déteste pourtant la 3-D. Je déteste ça. Comme quelqu'un qui se souvient que trop bien du grand retour de la 3-D avec Parasite et Jaws 3-D, je n'ai aucune affinité pour les 3-D . Et pourtant, je crois que ce film fonctionne beaucoup mieux en 3-D, en particulier les séquences d'action dont l'impact est clairement conçu pour être maximisé dans le format qui obtient un grand transfert scénographique. J'adore le teaser froid sur une planète étrangère où, en véritable mode «Syndrome Paradise" , Kirk essaie d'arrêter l'anéantissement d'un monde extraterrestre primitif. Il ya aussi une poursuite cinétique lorsque Kirk et Spock se soustrayent aux Klingons et quelques autres scènes d'action qui sont tout aussi inventives.

Si j'ai un bémol avec Into Darkness, c'est au niveau de combat navire-navire dans l'espace, qui tombe dans les travers des films de science fiction récents. Alors que nous avons tous grandi avec les schémas de batailles ccalqués sur celles de sous marin, ici tout semble arriver trop vite, comme dans un jeu vidéo. Je n'oublierai jamais ma première vision du Reliant attaquant l'Enterprise et être émerveillé par cette Entreprise, taillé en pièces par un faisceau de phaser.La bataille de la nébuleuse de Mutara est un sommet dans le genre et un exemple classique de la façon de faire un jeu du chat et de la souris spatial.

Dans Into Darkness tout se déroule si rapidement que c'est dur de construire un crescendo car on est toujours à fond. Et son tout aussi difficile de créer la résonance émotionnelle de l'Entreprise flamboyant dans le ciel au-dessus de la planète Genesis lorsque vous n'avez pas établi l'amour et l'obsession de Kirk avec son seul véritable amour, son navire.

En ce moment, c'est comme une montre Timex, il prend une raclée, mais avance à grands pas. Mais c'est ce qui donne à l'univers de Star Trek un merveilleux style "bac à sable" et m'aide à rester excité au sujet de l'avenir.

C'est pourquoi toutes ces arguties sont mineures face un film qui réussit à bien des égards. Il ya une touche de légèreté au film, ce qui ne diminue jamais sa gravité et un respect pour le matériel source, ce qui est essentiel. Et ce film marque également l'émergence de JJ en tant que cinéaste mature avec une maîtrise , un caractère plus intime ainsi que les grandes scènes d'action. Et même si j'aime Mission: Impossible 3 et la première moitié du Super 8, il est difficile de nier que c'est sa meilleure réalisation.


Enfin, la merveilleuse partition de Michael Giacchino culmine avec une reprise du thème classique Trek et l'Enterprise se qui se prépare à se diriger vers sa mission de cinq ans.

Je ne pouvais pas m'empêcher d'être enthousiasmé par les perspectives d'avenir, pas seulement pour cette équipe, mais la télévision , des webisodes et qui sait quoi d'autre. Comme Carol Marcus regardant Kirk sur le pont, je ne pouvais pas m'empêcher de penser combien il serait agréable de voir Kirk bien faire les choses cette fois et ne pas être un père absent pour David.On peut esperer que la mission de cinq ans se déploie et peut-être même de voir un nouvelle série télévisée avec un nouveau casting Next Generation ou peut-être même Kirk et le fils de Carol Marcus aux commandes.

Qui sait ce que nous verrons. Mais ce que je sais, c'est une phrase que j'ai entendu de nombreuses fois auparavant et je suis susceptible d'entendre beaucoup plus à l'avenir: Star Trek est vivant!"


source: http://trekmovie.com/2013/05/14/mark-al ? -darkness/

Rédigé le 16 Mai 2013 à 13H53' 

 

Réactions à ce TicketAucune Réaction

Poster la Première Réaction

Derniers Tickets de Djeewhy

Star Trek Renegades

Je viens de visionner Star Trek Renegades . Autant le dire de suite, je suis assez déçu [...]

Vallon Sonore Hector Berlioz

Vallon sonore Où des l'aurore Je m'en allais chantant, hélas! Sous tes [...]

The Enterprise.

Chant lyrique à entonner sur The Enterprise BOF du film Star Trek The Motion Picture (Commencer [...]

"C'était la meilleure des époques, c'était la pire des époques!"

Jim Kirk doit se sentir bien seul, sans ses deux compères, Bones et Spock . [...]

Une critique de STID très critique....mais pas à propos de STID.

Mark Altman, vous auriez un peu de prépartion H sous la main? Merci. J'ai eu beaucoup [...]

"Harper, ce n'est pas de la science, c'est un miracle."

Dylan Hunt

Les Tombes de Kobol (Part.2)

Fiche Episode ...

En ligne

68 visiteurs en ligne

aucun membre connecté

427 membres inscrits

L'oeil de l'admirateur

L'oeil de l'admirateurWorf et Deanna Troi enquêtent sur le suicide d'un membre d'équipage. Au bout de quelques jours Deanna revit en rêve ce suicide.

Valid XHTML  Valid CSS Valid CSS

Back To Top