La Série Originale La Série Animée La Nouvelle Génération Deep Space Nine Voyager Enterprise

Rédaction

Fiche rédigée par Topaze, le 27 Mai 2007.

Diaporama Episode ″Prisonnier″
PRISONNIER
Titre original:Canamar
Num. production:ST:ENT-043
Prem. Diffusion US:26 Fév. 2003
Saison:2
Disque DVD:2-5
Référenciel:2/17
Episode Num.:43
 
Histoire:John Shiban
Réalisation:Allan Kroeker
 
Distribution :
Mark Rolston...Kuroda
Holmes R. Osborne...Officiel Enolien
Michael McGrady...Nausicaan
Sean Whalen...Zoumas
Brian Morri...Garde Enolien
John Hansen...Prisonnier
Date Indéterminée
 
Archer et Tucker quittent le monde natal Enolien à bord d'une navette pour rejoindre l'Enterprise, mais en cours de route, ils sont interceptés par des militaires Enoliens qui les arrêtent et les transfèrent dans un vaisseau pénitentiaire en partance pour la colonie pénale de Canamar.  Un peu plus tard, l'équipage de l'Enterprise découvre la navette abandonnée et endommagée par des tirs.  T'Pol contacte les autorités Enoliennes pour leur demander si elles savent quelque chose de la disparition des deux officiers.  Confus, l'officiel explique que les deux hommes ont sans doute été pris pour des contrebandiers et arrêtés par une patrouille.  Les Enoliens donnent immédiatement l'ordre de libérer les deux officiers innocents, mais il est déjà trop tard : le capitaine et le commandant sont en route dans un vaisseau-prison pour la planète-prison des Enoliens : Canamar.  Les autorités donnent l'ordre à un vaisseau de rejoindre le transport pour récupérer Archer et Tucker, mais la situation évolue brusquement.  Pendant le voyage du vaisseau-prison, l'un des prisonniers, un Enolien du nom de Kuroda, organise avec un Nausicaan une mutinerie visant à prendre le contrôle du vaisseau.  Les prisonniers se soulèvent et neutralisent les gardes puis le pilote du transport.
Depuis leur capture, Archer et Tucker clament leur innocence, mais Kuroda ne les croit pas.  Lorsque la mutinerie éclate, et que Kuroda prend la tête de la révolte, le capitaine et l'ingénieur n'essaient plus de se disculper et ils jouent le jeu, affirmant qu'ils sont bien des contrebandiers.  Le capitaine accepte de prendre les commandes du vaisseau de transport et il parvient à ce que Kuroda lui fasse confiance.  L'Enolien lui donne les nouvelles coordonnées vers lesquelles se diriger et il explique son plan au capitaine.  Kuroda explique qu'il a donné un lieu de rendez-vous à des complices qui l'aideront à s'échapper.  Il sous-entend qu'il libérera tous les prisonniers du vaisseau de transport.

Dans le même temps, la patrouille envoyée par les autorités Enoliennes pour récupérer Archer et Tucker rejoint enfin le vaisseau de transport.  Continuant à jouer leurs rôles, Archer et Tucker aident Kuroda et le Nausicaan à neutraliser les militaires Enoliens sans les tuer.  Au cours de l'opération, Archer est choqué de constater que s'il n'avait pas aidé Kuroda, de dernier était tout à fait prêt à tuer de sang froid les Enoliens qui les poursuivaient.  Un peu plus tard, le capitaine fait une seconde découverte peu rassurante : il apprend les véritables intentions de Kuroda.  Ce dernier compte retrouver ses contacts près de la planète vers laquelle se dirige le transport; puis il compte quitter le vaisseau avec quelques amis et monter à bord du vaisseau de ses alliés, abandonnant tous les prisonniers qui ont cru en lui, les vouant à une mort certaine.  En effet, les stabilisateurs du vaisseau de transport ne parviendront pas à maintenir le vaisseau en orbite autour de la planète et ce dernier finira donc par se consumer dans l'atmosphère.  Ainsi, Kuroda se sera débarrassé de tous les témoins gênants de sa capture et de sa révolte.
Le capitaine Archer refuse de laisser la situation dégénérer et il parvient à envoyer secrètement un message codé pour signaler sa présence à l'Enterprise.  Archer et Tucker mettent au point un plan qui prévoit de neutraliser le Nausicaan pour ensuite s'attaquer à Kuroda.  Mais l'Enolien les surprend et une bataille rangée s'engage.  A ce moment les détecteurs signalent l'arrivée d'un vaisseau et Kuroda est persuadé qu'il s'agit de son contact.  Mais il s'agit de l'Enterprise, qui envoie immédiatement un détachement d'intervention.  Pendant ce temps, l'orbite du vaisseau de transport commence déjà à diminuer et le vaisseau se rapproche dangereusement des couches hautes de l'atmosphère.  Tucker et Reed organisent une évacuation rapide des prisonniers et il ne reste bientôt que Kuroda et Archer à bord.  Dans un premier temps, Kuroda est persuadé que le capitaine va réussir à redresser la course de l'appareil, mais quand Archer tente de fuir le poste de pilotage et le vaisseau, l'Enolien comprend qu'il doit se débrouiller seul.  Archer est évacué à temps et Kuroda, luttant désespérément avec les commandes, brûle avec son vaisseau dans l'atmosphère de la planète.
Sur l'Enterprise, l'équipage reçoit un appel du gouvernement Enolien qui désire savoir ce qu'il s'est passé.  Furieux, Archer explique que le vaisseau-prison a été détruit et il accuse les militaires Enoliens d'arrêter de nombreux innocents en les accusant de contrebande.  En réalité, une grande partie des prisonniers sont des innocents, tout comme Tucker et Archer l'étaient.
BuckarooHors Ligne Buckaroo,  le 10 Avr. 2009 à 21H43'
Exemple type du histoire qui avait les bons ingrédients pour faire un excellent épisode mais qui est, au bout du compte, complétement parasité par l'action ( monotone), les clichés (usés jusqu'à la corde ) et des dialogues à coté de la plaque ( bien médiocre ).

La réalisation n'y est pour rien, ni la direction artistique. Non c'est vraiment le scénario qui n'arrive jamais à capturer le noyau emotionnel de son récit.

Le criminel Kuroda est trés mal esquissé, et chaque fois, qu'il tente de se livrer, l'action débarque comme un cheveu dans la soupe, le découpage est par ailleurs parasité par ses aller et venus à bord du NX01, ou nous assistons à des scènes banales de briefing qui ne sert strictment à rien.

De part ces faits, l'intrrigue ne crée aucune tension dramatique, un brin de suspens ou d'empathie pour Kuroda et ses motivations. A la fin, il peut s'embraser dans l'atmosphère : On s'en fout comme de l'an 40 !

On se demande par ailleurs pourquoi avoir appellé ça Canamar, alors que cette espéce de Guantanamo spatial, n'est jamais décrite dans toute son inhumanité que se soit par les dialogues ou visuellement.

45% d'avis favorable.

Commentaires

1 Commentaire

Posté par Buckaroo, le 10 Avril 2009.

Poster le second Commentaire

Statistiques

Page consultée 265 fois ce mois.

Page consultée 18757 fois au total.

Nouveaux Venus

"Vous savez quoi?  J'ai finalement eu le dernier mot!"

Un tour à Babel

Leonard H. McCoy

En ligne

68 visiteurs en ligne

aucun membre connecté

440 membres inscrits
Valid XHTML  Valid CSS Valid CSS

Back To Top